+976 7011-5534 info@dmd-mongolie.com

Login

Sign Up

After creating an account, you'll be able to track your payment status, track the confirmation and you can also rate the tour after you finished the tour.
Username*
Password*
Confirm Password*
First Name*
Last Name*
Email*
Phone*
Country*
* Creating an account means you're okay with our Terms of Service and Privacy Statement.

Already a member?

Login
+976 7011-5534 info@dmd-mongolie.com

Login

Sign Up

After creating an account, you'll be able to track your payment status, track the confirmation and you can also rate the tour after you finished the tour.
Username*
Password*
Confirm Password*
First Name*
Last Name*
Email*
Phone*
Country*
* Creating an account means you're okay with our Terms of Service and Privacy Statement.

Already a member?

Login

Le Khangaï

Le Khangaï

Deux massifs anciens qui se font échos : le Khövsgöl, situé aux confins nord du territoire, prolonge la luxuriante forêt et taïga sibérienne ; le Khangaï, au cœur du pays, alterne entre versants boisés et steppes de basalte. Tous deux d’impressionnants Chants de la Terre, entre monts et vallées, volcans et failles, gorges et canyons. Leurs hautes altitudes et la fertilité de leurs terres en font des lieux de prédilection des nomades et de leurs troupeaux de yacks.
Le Khangaï, c’est aussi cette vallée de l’Orkhon berceau des dynasties successives des redoutables Empires des Steppes, classée au patrimoine mondial de l’humanité. En remontant le fleuve et ses rives de basalte, stèles, pierres et ruines nous rappellent leur existence.
A voir :
DUNE ELSEN TASARKHAI = MONGOL ELS
À  quelques pas de Sweet Gobi s’étend sur quelques dizaines de kilomètres Elsen tasarkhai, la « dune parcelée », un des 33 « Gobi » ou « désert » de Mongolie. Aux mois d’avril et mai ou encore en septembre, lorsqu’ils sont gras, préparés aux froids de l’hiver, partez à dos de chameaux, les chameaux de Bactriane, pour deux heures de randonnée au cœur de cette étendue désertique, amoncellement de particules de sable et de pierres arrachées à la montagne par le vent. Dans ce désert semi-aride où vivent faune et flore, laissez-vous enivrer par la plus emblématique des espèces endémiques vivant ici, le genévrier. Poussant en nombre, cette plante sacrée appelée « arts » parfume de ses effluves les dunes. Cueillie, réduite en poudre et bénie par les moines, elle est brûlée comme un encens sur les autels des monastères ou ceux, familiaux, des éleveurs nomades.
KARAKORUM
S’il ne reste pas grand-chose de l’ancienne capitale de l’Empire Mongol, le nom seul de Karakorum n’en reste pas moins célèbre et attractif.
L’actuelle ville de Kharkhorin est surtout le siège du monastère le plus connu du territoire mongol : Erdene Zuu. Edifie a partir de la fin du 16e siècle sur les ruines de l’ancienne capitale (et même a partir de !), il symbolise l’arrivée du bouddhisme en Mongolie et son importance à venir.
Autres sites : les tortues de pierre datant de l’époque de Karakorum ; le mémorial de l’histoire des Empires ; ou encore l’insolite pierre phallique.
Il fut un temps question de revenir à l’actuelle Kharkhorin comme capitale du pays, mais cette ville de quelques milliers d’habitants ne pourrait aujourd’hui tenir envers le pays un rôle de capitale. La ville, possédant la seule centrale hydro-électrique du pays, vit principalement des zones agricoles qui l’entourent.
MASSIF KHÖGNÖ KHAN
Ensemble de montagnes considérées comme sacrées depuis l’époque des Turks, ce massif présente de très belles formations de gré massives.
Réserve naturelle qui renferme des sites d’intérêts divers et variés : le monastère Erdene Khambiin khiid, reconstruit dans les années 90 après avoir été détruit lors des purges soviétiques ; sur le même site et plus en hauteur, les ruines du monastère d’Övgön khiid, lui aussi détruit et lieu d’une bataille historique entre la tribu Khalkha, majoritaire aujourd’hui, et celle des Oïrats, réfractaire a l’expansion du bouddhisme car juge trop contraire aux mœurs guerriers de cette tribu.
Sur une colline surplombant la plaine de steppe désertique, le mémorial de la reine Mandukhai, figure emblématique de l’histoire mongole au 15e siècle pour son rôle prépondérant dans l’importance de la tribu Khalkha à la suite de Gengis Khan.
VALLEE ET CHUTES DE L’ORKHON
La vallée de l’Orkhon est l’un des rares sites de Mongolie à être classée Patrimoine Mondial de l’Humanité. Et ce, tant pour la beauté de son site naturelle, vertes plaines et collines éclatées de lignes de basalte s’étendant de part et d’autres des rives du fleuve Orkhon ; que pour sa richesse en sites des temps passes : stèles a cervidés, khirgisüür (tombes en cairn), tombes a dalles, statues anthropomorphes et zoomorphes, ruines d’anciennes capitales…
Les chutes de l’Orkhon, située au cœur de la vallée, n’ont d’eau qu’après pluie ou averses ; mais s’y rendre permet d’arpenter cette très belle région. D’une quinzaine de mètres de hauteur, elles offrent une jolie promenade le long des berges de la rivière, à fond de canyon, après une descente difficile !
MONASTERE SHANKH
Fondé en 1646 sous la probable impulsion de Zanabazar, premier Bogdo Gegeen alors âgé de 11 ans, le monastère de Shankh fut nomade jusqu’en 1787, ou il trouva son emplacement actuel. Plus de 23 constructions successives de ses temples aboutiront en 1885 à ce qu’on en connait aujourd’hui. « Monastère de l’Ouest » de par son importance, il compta jusqu’à 2000 moines et de nombreuses écoles, et était renommé pour abriter les étendards noirs de guerre de Gengis Khan. Fermé après les purges, 5 moins en sauvegardèrent secrètement l’activité dans une yourte pendant la période communiste ; l’un d’entre eux est à l’origine de sa réouverture en 1990, un stupa prévue en son honneur. Le monastère abrite aujourd’hui une 30aine de moines.
LAC TARA NUUR
Dans cette oasis située à quelques 8 km de Sweet Gobi, au cœur des steppes de Khögnö Khan, faune et flore resplendissent sous le regard bienveillant de Tara, la mère créatrice, divinité bouddhique vénérée par les Mongols depuis la fin du XVIème siècle.
Entre dunes, roche semi-volcanique et steppe verdoyante, se découpe ici sur fond de ciel bleu le vol des aigrettes et des grues qui peuplent le lac. Alentour paissent les troupeaux des nombreux éleveurs nomades installés dans la région. Avec un peu de chance, vous apercevrez peut-être aux abords du lac, l’espace d’un instant, cerfs maral et gazelles à queue blanche.
ERMITAGE TÖVKHÖN KHIID
L’ermitage « frère » d’Erdene Zuu, principal monastère de Mongolie situe à une 60aine de kilomètres à l’est d’ici, dans la célèbre Karakorum.
Tövkhön khiid, lui, se trouve dans un site plus recule, loin des hommes et des villes ; cet ermitage a été construit pour servir de refuge a Zanabazar, 1e Bogdo Gegeen (chef spirituel et politique) de Mongolie. Un refuge ou, dans ce mouvemente 17e siècle, il puisait sa force pour gouverner le pays et le préserver des visées mandchoues ; mais aussi un refuge ou il puisait son inspiration de chef religieux et artiste prodigue.
L’ermitage, bien qu’ayant subi les purges soviétiques des années 1930, est aujourd’hui un très bel ensemble d’architecture bouddhiste, dans un écrin boisé magnifique ; cet ensemble de petits temples perches sur des hauteurs est un lieu de pèlerinage très populaire pour les Mongols.

Tours

Golden felt

Grande Boucle

Far West

Perle bleue

""
1
Avez vous un question?
Nom
Question
0 /
info@dmd-mongolie.com | +976 7011-5534
Previous
Next

Leave a Reply

Show Buttons
Hide Buttons