Top
L’Altaï - DMD
332
post-template-default,single,single-post,postid-332,single-format-standard,mkd-core-1.1.1,mkdf-tours-1.3,dmd2017-ver-1.3,mkdf-smooth-page-transitions,mkdf-ajax,mkdf-grid-1000,mkdf-blog-installed,mkdf-header-standard,mkdf-no-behavior,mkdf-default-mobile-header,mkdf-sticky-up-mobile-header,mkdf-dropdown-default,mkdf-dark-header,mkdf-medium-title-text,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
5 Apr

L’Altaï

L’Altaï, toit du monde… du haut des 4353m de la chaîne des Tavan Bogd, ses montagnes nous dévoilent glaciers et sommets aux neiges éternelles. Marche du Kazakhstan et de la Chine, l’Altaï relie trois univers et renferme un riche patrimoine culturel : stèles à cervidés, statues d’homme türkes ou pétroglyphes de l’âge de pierre, enserrés entre parcs naturels, lacs d’eau douce et rivières gelées.
 
Mais au-delà de l’ivresse de ses montagnes, l’Altaï est une contrée que le temps semble oublier. On y rencontre des hommes aux traditions passées, comme ce peuple Kazakh qui chasse le loup avec ses aigles aujourd’hui comme il y a 2000 ans. Fiers nomades habillés de fourrures et coiffés de quelques plumes, femmes brodeuses et tisseuses d’un artisanat d’une grande finesse, intérieur des yourtes riant de couleurs sous les airs de dombra, un instrument qui leur est propre. Et l’oiseau, cet aigle majestueux qui partage leur vie et leur espace à la place d’honneur. En outre des Kazakhs, d’une autre langue, de religion musulmane et d’affiliation turque, de nombreuses minorités ethniques aux us et coutumes propres habitent l’Altaï, comme les Uriankhais, les Dörvöts et les Torguts, tous trois descendants des mongols occidentaux Oirats, ou les chamanes Touvas.
 
A voir :
 
LAC ACHIT NUUR
 
Lac d’eau douce s’insérant dans la zone de « grandes dépressions » entre la chaîne de l’Altaï et celle du Khangaï, et classé zone RAMSAR (zone humide d’importance internationale) et réserve de biosphère mondiale de l’UNESCO, notamment pour sa richesse en avifaune (canard sauvage, oie, tétras, perdrix, pélican…)
– marche
– baignade
– observation de l’avifaune
 
VILLAGE ALTAÏ SUM
 
Cette « yourte » d’hôtes a la particularité d’être dans une maison en terre crue, habitat de prédilection des familles kazakhe. Le chef de famille, Ardak, est aiglier (son aigle s’appelle Ana) ; comme toute la vallée, peuplée de la famille et d’amis dont beaucoup sont aigliers (presque tous Kazakhs).
La période la meilleure pour pouvoir découvrir la chasse à l’aigle en partant à cheval toute la journée est d’octobre (à partir de la fête des aigliers) à mars.
– cheval
– chasse à l’aigle (équestre)
– marche dans les massifs et la plaine environnante
– familles nomades, Kazakhs : visite
 
CHUTES GOOJUUR
 
Situées sur le cours de la rivière Shiver, les chutes de Goojuur jettent leurs eaux d’une 20aine de mètre de hauteur, dans une cadre magnifique de cols, hautes montagnes, plateaux encaissés et imposants massifs de pierre.
 
VILLAGE KHOVD SUM
 
Crée en 1924, le territoire du village de Khovd s’étend sur 259 hectares et compte 2410 habitants, dont les 4/5e sont éleveurs.
Situé sur la future route du millénaire, aux marches de la Russie et porte d’entrée aux trois aïmags de l’Ouest, il permet d’aborder, hors des sentiers battus, des sites touristiques peu connus et exceptionnels : la vallée de la Khovd, le lac Shaazgai, les chutes Goojuur, le canyon d’Otrin, les lacs multicolores d’Olon nuur, le glacier Khargaït…
 
VILLE ÖLGII
 
Capitale de l’aïmag de Bayan-Ölgii (dans les 30 000 habitants) et chef-lieu de la minorité kazakhe de Mongolie, en majorité dans cette région ; on s’en croirait presque au Kazakhstan, et beaucoup ne parle que kazakh… les maisons en terre crue remplace plus volontiers les maisons en bois de type datcha mongoles et les préfabriqués soviétiques. Les femmes sont voilées (un peu), les hommes boivent moins (dehors), et la mosquée supplante le monastère bouddhiste.
Dans les yourtes, plus hautes et plus spacieuses, on retrouve mêlé à un air de Mongolie, un peu du raffinement du monde arabe.
– musée régional – avec toute une partie réservée aux costumes des diverses ethnies, et panoplie kazakhe
– marché local
– coopératives d’artisanat kazakhes (broderie notamment !)
– mosquée
 
LAC SHAAZGAI NUUR
 
Nous profitons de ces très beaux décors pour marcher aux alentours des chutes et sur les rives du lac Shaazgai, qui signifie pie en mongol.
Les eaux du lac sont réputées pour leur teneur en carbonate de sodium et les soins de boue que l’on peut y faire.
 
VILLE ULAANGOM
 
Capitale de l’aïmag de Uvs, ou l’on retrouve une grande mixité de population ; Khalkha mongol des steppes certes, mais aussi descendants des Oïrats, mongol des forêts, comme les chamanes Touvas ; ou minorité kazakhe, musulman et aiglier.
Situé dans la région de grande dépression, dans les 30 000 habitants en 2008
– monastère, marché local
 
LAC ÜÜREG NUUR
 
Lac d’eau salé s’insérant dans la zone de « grandes dépressions » entre la chaîne de l’Altaï et celle de Khangaï, et classé zone RAMSAR (zone humide d’importance internationale) et réserve de biosphère mondiale de l’UNESCO, notamment pour sa richesse en avifaune (canard sauvage, oie, tétras, perdrix, pélican…)
Situé sur « la route des cols » entre Ulaangom et Khovd ; un des plus beaux endroits de Mongolie, on débouche sur ce lac en haut plateau par des cols de hautes montagnes. Les éleveurs emmènent une fois par mois leurs troupeaux y boire pour l’apport en sel.
– marche
– baignade
– observation de l’avifaune

No Comments

Leave a Reply: